Cucugnan

Village de Cucugnan

http://www.cucugnan.fr/fr/queribus-cucugnan/accueil/

Cucugnan, dans l’Aude demeure le village du légendaire « Curé de Cucugnan » d’Alphonse Daudet.

Au détour d’un virage, il offre une vue inattendue dans le paysage sauvage des Corbières.

Blotti entre les citadelles de Quéribus et de Peyrepertuse, Cucugnan jaillit d’un mamelon cerné par un tapis de vigne.

Depuis toujours, les événements ont tissé son histoire. Il est mentionné pour la première fois en 951.

Pendant la croisade contre les Albigeois, le seigneur de Cucugnan a participé à la résistance avant de se soumette à Saint Louis, roi de France.

En 1495, Cucugnan est détruit par les Espagnols. Un nouveau village s’organise au dessous du village médiéval ruiné.

Aujourd’hui, Cucugnan avec ses anciennes fortifications, l’originalité de l’église, le spectacle « Autour du Curé de Cucugnan » et le moulin d’Omer réhabilité,

vous invite à une flânerie autour de l’histoire, au gré des ruelles de ce pittoresque village.

Son Château « Quéribus »

Du haut de son piton rocheux, le château de Quéribus (XI-XIVè) force l’admiration et invite l’imaginaire.

Véritable nid d’aigle, sa situation stratégique lui permet d’exercer une remarquable surveillance sur la totalité de la plaine du Roussillon.

Lors de la Croisade contre les Albigeois, Quéribus abrite des Cathares. Il est le dernier bastion à tomber aux mains des Croisés en 1255, onze ans après Montségur.

Le château rentre alors dans le royaume de France, sous le règne de Saint Louis.

Il devient une pièce maîtresse du dispositif défensif français en 1258, à la signature du traité de Corbeil.

Il perdra son intérêt stratégique en 1659, sous Louis XIV, avec le Traité des Pyrénées qui fixe une nouvelle frontière entre la France et l’Espagne.

L’état et la conservation de Quéribus sont remarquables. Les éléments liés à la vie quotidienne dans la forteresse sont toujours visibles :

citerne enduite, corps de logis, emplacement de cheminée…

On peut aussi y voir une architecture militaire très complète :canonnières, assommoirs, machicoulis…

Son donjon polygonal est réputé pour sa salle de style gothique primitif dont la voûte repose sur un puissant pilier circulaire s’épanouissant en palmier.

Du haut de ses 728 mètres, la terrasse du donjon offre un panorama inoubliable qui s’étend de la mer, aux Corbières, jusqu’aux Pyrénées.

Un sentier très accessible et d’une durée de marche de 10 mn mène à l’entrée du château. Des panneaux pédagogiques et des tables d’orientation jalonnent le circuit de la visite.

Le Moulin d’Omer

Tout en haut du village, le moulin est bâti à même le rocher en pente, au-dessus de trois anciennes aires de battage.

Il témoigne d’une polyculture où le blé tenait une place prépondérante, pour ce village aujourd’hui cerné par les vignes.

L’économie locale reposait sur les céréales et l’élevage de chèvres et de moutons.

Le moulin est mentionné pour la première fois sur les documents d’archive en 1692.

Il appartient au seigneur de Cucugnan jusqu’à la révolution.

Il est considéré en ruines en 1838.

La poutre maîtresse est faite dans un chêne bicentenaire et les multiples parties de sa mécanique sont dans différentes essences;

buis, chêne, peuplier, etc. Les meules horizontales sont en granit.

Ses ailes de frêne sont orientées face au vent grâce à un toit pivotant. Elles sont habillées de toile que le meunier déplie en fonction de la force du vent.

Le bâtiment ainsi que le mécanisme ont été réhabilités en 2003.

Il reprend vie et moud à nouveau du grain.

Remis en exploitation en 2006, des activités de fabrication de pain, biscuits, tartes boulangères vous permettent de redécouvrir les saveurs véritables et naturelles.

Eglise saint Julien et sainte Basilisse

Avec son original clocher à campanile l’église de Cucugnan se détache dans le ciel.

Elle est mentionnée pour la première fois en 136O et est dédiée à Saint Julien et Sainte Basilisse, deux martyrs orientaux.

A l’intérieur de l’église, la simplicité et la variété du décor enrichissent la sobriété du lieu.

De style néo-gothique, le chœur et les chapelles de l’église accueillent un ensemble de statues en bois du XVIIè dont celle de Sainte Agathe, la patronne du village.

La chapelle sud, à droite de l’autel, abrite une statue de la Vierge qui a la particularité d’être représentée enceinte.

Elle est en bois polychrome doré et date du XVIIè siècle.

L’originalité de cette représentation a éveillé la curiosité des visiteurs. Aujourd’hui, une exposition sur « Les Vierges en France » est libre et ouverte à tous à l’intérieur de l’église.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s